Ces deux amis étudiants en école d’ingénieur à Clermont ne font pas que travailler en amphi, ils parlent aussi 4L Trophy…

C’est en tout cas dans ce contexte qu’ils se sont mis d’accord pour se lancer ensemble dans l’aventure en octobre 2017. Et le duo semble avoir bien fonctionné dès la recherche de financements. Si Olivia concède qu’ils ont eu du mal à trouver des sponsors au départ, c’est venu avec le temps. Et en plus de ceux qu’ils ont fini par décrocher, Olivia et Mathias n’ont manqué ni d’imagination ni d’énergie pour imaginer et organiser des activités complémentaires pour finaliser leur budget : vente de gâteaux à l’école, apéros avec leur asso “Maroc’ailes” qu’ils ont créée avec trois autres équipages de l’école, tournoi de bière-pong, atelier pour tester le démontage de roues de 4L ou pousser la 4L, animation dans un centre commercial permettant aux curieux de noter leur nom sur la 4L en échange d’une petite pièce. ” Ça nous a rapporté des sous et les gens étaient contents ! “, conclut Olivia.

Côté mécanique, ils ne sont pas spécialement calés mais ils sont optimistes. ” Les problèmes, on les a eus avant, donc maintenant, on sait que ça va bien se passer “, positive Mathias. Ils ont effectivement rencontré un petit souci pour arriver jusqu’à Biarritz : les barres de tension étaient mal réglées et la 4L frottait sur les roues. Tout s’est donc arrangé depuis et vu leurs grands sourires sur le pont du bateau qui les mène vers Tanger, on devine que pour eux, le meilleur est à venir.