Depuis le départ de Biarritz, on entend parler de l’équipage de Thomas, une sorte d’ange-gardien des Trophistes. Avec Benoit, ils ont fait le 4L en 2017 et ont totalisé 38 dépannages et 17 désensablages.

« Notre but ici, c’est l’entraide ». La mécanique ce n’est pas son métier, c’est juste une passion, il est metteur au point de machines spéciales dans l’agroalimentaire. On ne sait pas trop en quoi ça consiste, mais ça a l’air balèze. Le duo est aussi vice-champion de France des WorldSkills, le plus grand concours des métiers au monde, des Olympiades organisées tous les deux ans. Elles permettent à de jeunes professionnels venus du monde entier, champions nationaux dans leur métier, de se mesurer lors d’une compétition internationale organisée sur un même site. Ils vont prochainement représenter la France au championnat d’Europe. « Tous nos sponsors nous suivent à fond dans toutes nos activités. »

Et les week-ends de Thomas sont bien remplis. Son truc, c’est de récupérer des 4L. Il les rachète (il en possède 14 !), il les refait à temps perdu et les Trophistes viennent se servir chez lui. Entre 2017 à 2019, il a rencontré 36 équipages pour leur expliquer le B.A.BA du rallye : comment s’inscrire, se faire financer et préparer une voiture. Un guide du 4L en somme. Il a d’ailleurs préparé 8 véhicules, 4 qui ont participé l’an dernier et 4 cette année. Dès qu’ils ont besoin, ses poulains peuvent facilement le repérer grâce aux ballons des minions, mascottes qui flottent au-dessus de sa 4L jaune et bleue.

Bilan des opérations sur le terrain depuis le début de l’aventure : 36 dépannages et 16 désensablages. Il les compte en bâtons, au feutre, dans l’habitacle. Le record de 2017 va donc être battu. « Certains me prennent pour un charlot parce que je suis en caleçon ». Sur ledit caleçon fétiche, l’inscription « klaxonne si tu kiffes », et apparemment ça klaxonne pas mal. Et ce n’est pas que pour le logo de leur association « Apprentis dans le désert ». On passe sur sa magnifique collection de tee-shirts à l’effigie des Minions.

Thomas pourrait parler de son expérience pendant des heures. « J’ai organisé le pré-départ de 2017 (à 15 4L) et celui de cette édition à Châteauroux (8 4L). Cette année, on s’est arrêtés à Vanzac, un petit village à côté de Barbezieux qui compte 150 âmes ; la commune nous a reçus avec le comité, un feu de camp et du vin chaud. Comme on est venus à 100, on a quasiment doublé le nombre d’habitants. »

Il tient à remercier l’Orga, les youtubeurs « avec qui on passe vraiment un super moment sur ce rallye » et surtout nos 38 sponsors, nos parents, nos amis qui nous suivent tous depuis deux ans. Petite anecdote, ils ont fait un deal avec leurs sponsors, partant du fait qu’ils prenaient le parti de ne pas avoir de téléphone sur le raid. Le seul moyen dont ils disposent pour donner des nouvelles, c’est l’apparition dans le JT du 4L Trophy. « Tous les soirs, ils sont assidus, ils regardent le JT, ils écoutent RMC, ils cherchent des infos sur Internet, pour être sûrs de ne pas nous louper. »

Ah… et un dernier message, plus personnel cette fois, Thomas tient tout particulièrement à envoyer un message de soutien à Laurette, son amoureuse qui passe des partiels en ce moment et qu’il ne peut donc soutenir comme il le souhaiterait. Il le fait en tout cas d’une manière insolite, ça devrait lui porter bonheur !