Pour leur premier 4L Trophy, elles ont eu seulement quatre mois pour tout boucler, « un peu short pour cette année, mais on a monté une association avec trois autres équipages de l’ISEG de Nantes, une école de communication et de marketing.”

La voiture, elle, était déjà préparée,elle l’a déjà fait en 2016. Elles roulent donc avec leurs collègues, et pour le moment, tout se déroule pour le mieux. Margaux raconte: ” On est tous ensemble, on se suit, tout se passe super bien. Sur la boucle 1, c’était particulièrement sportif, on a vécu notre premier vrai ensablage et on a bien rigolé parce que c’est aussi ce qu’on voulait ! La solidarité a été assez incroyable. A peine tankées, on a vu six équipages s’arrêter à la volée pour nous aider. Du coup, derrière, dès qu’on voyait des voitures ensablées, on s’arrêtait à notre tour. Je ne m’attendais pas à autant de disponibilité et d’énergie.” Un sentiment largement partagé qui résume bien l’état d’esprit du rallye.

A l’approche du marathon, elles évoquant ” l’aventure totale “. Elles ont prévu de ramasser du bois sur le parcours pour un bon feu de camp avec les trois équipages de l’ISEG. Elles comptent d’ailleurs sur le réchaud des copains.

Margaux profite du moment pour faire passer un message à ses parents, au cas où elle se perdrait dans le désert : « je vous aime, mais vous êtes un peu relou pour les sorties ! » A bon entendeur… 😉